Handicaps, accessibilité et accès aux données

,

J’ai assisté aujourd’hui à une excellente présentation sur le thème « TIC et handicaps » par un groupe d’élèves de première année de Télécom ParisTech [1]. Lors de l’exposé est apparu un point qui a particulièrement retenu mon attention : alors que le site public de Télécom ParisTech a été conçu avec comme objectif l’accessibilité aux déficients visuels, l’intranet de l’École, pour sa part, méconnait totalement cette problématique.

Par exemple, l’emploi du temps des élèves (ainsi que celui du personnel enseignant) n’est disponible qu’à travers une page WWW dans laquelle toute information sémantique est absente. Les tableaux qui s’y trouvent servent autant à la mise en forme qu’à la mise à disposition des données elles-mêmes.

Cette situation serait beaucoup moins problématique si les données étaient accessibles sous forme structurée, apte à être intégrées dans un mashup adapté aux différents handicaps. Si, par exemple, l’interface de Twitter ne convient pas à certaines personnes, il est facile d’en extraire les données pour rendre cette interface plus conviviale comme le fait Hootsuite ou pour l’intégrer dans un système de lecture automatique. Pour cela, Twitter fournit, après authentification, les données brutes sous forme exploitable, permettant ainsi de créer de la valeur ajoutée tout en utilisant leur service. Chacun est libre de transformer et de présenter l’information sous la forme qui lui convient, sans avoir besoin de déconstruire du code HTML pour en extraire l’information qui y a été noyée de manière plus ou moins élégante.

En tant qu’enseignant, le calendrier comprenant l’ensemble de mes cours, géré et tenu à jour par l’inspection des études, m’est totalement inaccessible de manière programmatique. Je peux certes demander une version iCal au coup par coup, mais celle-ci ne sera pas intégrable dans le logiciel de mon choix, car les changements faits dans mon calendrier professionnel n’y seront pas synchronisés. Pour la même raison, mes collègues non-voyants ne peuvent pas intégrer ces informations dans un logiciel équipé d’une interface vocale, les données risquant de devenir obsolètes sans qu’ils en soient avertis.

Autant je peux comprendre que la refonte totale d’une interface pour la rendre accessible aux différents handicaps soit une opération financièrement lourde et difficile à mettre en œuvre dans un délai court, autant la mise à disposition des données brutes sous la forme de pages XML disponibles après authentification permettrait aux personnes intéressées de développer de leur côté, sans aucune interaction avec l’équipe en charge de l’intranet de l’École, leur propre interface de visualisation des données et cela au moindre coût. La génération de ces pages XML qui n’intégreraient aucun élément de mise en page est une opération simple qui pourrait être mise en place dans un délai très court et permettrait immédiatement la réalisation de ces mashups.

Les élèves pourraient alors synchroniser leur emploi du temps avec Google Calendar, pourraient dans le cadre de projets scolaires développer de nouveaux modes d’accès à l’information compatibles avec les contraintes liées au handicap, les enseignants pourraient importer leur emploi du temps dans des services d’aide à la détermination de dates de réunions tels que Doodle ou Tungle sans avoir à ressaisir ces informations avec les risques d’erreurs afférents, ou sans avoir à les exporter à une date donnée avec la possibilité que l’information ne soit pas à jour.

Je sais que certains élèves, habitués aux sites WWW collaboratifs et aux réseaux sociaux, réclament un tel accès. Je pense que c’est un processus indispensable pour que l’information ne soit plus enfermée, sous une forme inexploitable aux personnes atteintes de certains handicaps, derrière un site qui insiste pour présenter les données d’une manière unique et intangible. J’espère qu’on arrivera à faire bouger les choses.

[1] Ce travail a été effectué par Solveig ANREP, Yassine BENADDI, Laurent CHARIGNON, Thomas DI BENEDETTO, Rida EL KARAFLI, Jonathan LALIBERTE-ALLE, Kim Xuan NGUYEN, Helène PINTO, Franck ROLAND, Philippe TISSERAND et Hugo VIELLARD.

If you like this post, you can send some bitcoin dust to 17Kr97KJNWrsAmgr3wJBVnLAuWqCCvAdMq.
blog comments powered by Disqus