Jeudi 7 janvier 2016

,

Jeudi 7 janvier 2016. Le réveil me sort de mes rêves à 7h15. Une douce musique, choisie au hasard sur le réseau en fonction de mes préférences, me prépare à une douce journée. Petit à petit, elle est remplacée par les nouvelles du monde, récupérées auprès des sites d’information institutionnels et de particuliers, traduites et lues par une voie synthétique parfaite.

Jeudi 7 janvier 2016. Le réveil me sort de mes rêves à 7h48. Un problème de communication avec le site de Sony, à qui j’achète la prestation et qui me vend la sonnerie, me fait commencer la journée avec une demi-heure de retard. Malheureusement, mon appartement Bouygues ne me permet pas d’utiliser un autre réveil. Petit à petit, la musique est remplacée par les publicités et les informations en provenance d’AOL, partenaire exclusif de Sony.

J’allume mon écran en prenant mon café. Les messages de mes amis et collègues arrivés pendant mon sommeil s’affichent, classés selon mes critères. Je réponds à ma famille qui me demande des nouvelles, et je joins au message une vidéo prise le week-end précédent lors d’une sortie avec des proches.

Mon écran s’allume lorsque j’entre dans la salle avec mon café. Les messages publicitaires défilent, sans possibilité d’interruption, avant de m’afficher les messages de mes amis et mes collègues. Certains sont illisibles, leurs systèmes étant incompatibles avec le mien. Chaque message lu est entrecoupé par une bannière publicitaire. Je réponds à ma famille qui me demande des nouvelles en choisissant parmi les réponses prédéterminées proposées ; j’ai épuisé mon quota de texte libre pour la semaine. Je joins au message un lien vers le service de vidéo-surveillance de Google qui me montre le week-end précédent à une publiparty avec des proches.

Après un bon bain chaud et relaxant, je pars au travail. Mes collègues m’ont envoyé de nouveaux programmes à tester, que j’installe sur mon ordinateur de bureau et mon téléphone mobile. J’appelle quelques clients pour leur proposer de nouvelles idées, et je passe l’après-midi à travailler sur un contrat de développement avec une association locale. À la fin de la journée, je rejoins des amis dans un petit bar qui vient d’ouvrir au coin de la rue.

Après une douche rapide, étant donné mon retard, je pars au travail. Je cherche sur Yahoo la liste des gens qui ont cherché à me joindre par téléphone. Je les rappelle, et écoute soigneusement le publiquizz pour répondre correctement à la question qui me permettra d’entrer en relation avec mon correspondant. Lorsque j’entends « si la nouvelle lessive Procter & Gamble utilise les nouveaux enzymes gloutons, appuyez sur 1, sinon, appuyez sur 2 », j’appuie sur 1. J’ai bon. J’indique à Microsoft que je souhaite tester les nouveaux programmes de mes collègues ; mon compte bancaire est débité automatiquement, et une copie fonctionnant pendant 48 heures est automatiquement installée sur mon ordinateur de bureau. Aucune version n’est disponible pour mon téléphone mobile, NEC n’ayant pas encore mis en place de service d’adaptation de code. Je passe l’après-midi à indiquer les programmes dont j’ai besoin à Microsoft, en louvoyant entre les messages publicitaires. À la fin de la journée, je rejoins des amis au Starbucks Café géant qui occupe le quartier voisin de celui où je travaille.

Je rentre chez moi en fin de soirée et me couche en lisant un roman. J’ai hâte d’être à demain, car ma tendre moitié rentre d’un déplacement professionnel à l’étranger. Je m’endors, le sourire aux lèvres.

Je rentre chez moi en fin de soirée. Seule une veilleuse est disponible; mon employeur, estimant que j’avais besoin de sommeil, n’a pas autorisé l’allumage des lampes après 23h. J’espère que demain Meetic aura enfin approuvé ma candidature pour que je puisse enfin rencontrer quelqu’un. Je m’endors, torturé par l’angoisse.

Et vous ? Dans quel monde voulez-vous vivre ?

If you like this post, you can send some bitcoin dust to 1Bo78aNzJvkmeLTw8aptaFipvRWyNQP2WF (or click here).
blog comments powered by Disqus