Pluie, neige et crottes de chien

,

Paris, c’est plein de crottes de chien. Il y en a sur les trottoirs, dans les caniveaux, au milieu des rues (les propriétaires ont le goût du risque). L’angoisse du Parisien est souvent de ne pas marcher dans une de ces déjections canines en se rendant à un rendez-vous important ou, dans mon cas, avant d’aller en cours alors que je n’ai qu’une minute d’avance à peine.

Quand on rentre chez soi, c’est moins pire. Même en cas d’accident, on peut facilement nettoyer ses chaussures dans la discrétion de son foyer. Mais quand il pleut ou qu’il neige, c’est autre chose.

La neige, sous son épais manteau blanc, peut insiduisement cacher une crotte sur laquelle le pied va s’écraser sans que le possesseur dudit pied le remarque. Une fois rentré chez lui, seul un tapis souillé lui mettra la puce à l’oreille.

La pluie est encore plus répugnante. Le Parisien rapporte chez lui de la merde mouillée, étalée imperceptiblement sur chaque centimètre carré de chaussée, et la redistribue chez lui, en fines couches, sans s’en apercevoir.

Il neige ce soir à Paris. Je n’ai pas marché dans une crotte de chien, mais j’aurais pu. Et de toute façon je me déchausse chez moi, surtout le jeudi. Mais je pensais que c’était important de vous faire partager ces réflexions.

If you like this post, you can send some bitcoin dust to 1Bo78aNzJvkmeLTw8aptaFipvRWyNQP2WF (or click here).
blog comments powered by Disqus